Eldath

eldath.GIF

Eldath est la gardienne des bosquets et sa présence est ressentie partout où règne le calme. C’est une pacifiste qui évite tout geste hostile, même quand on la menace. Bien qu’elle soit réservée, discrète et énigmatique, Eldath présente une grande volonté et une détermination sans faille. Elle aborde les défis en commençant par effectuer une retraite stratégique, une manœuvre qui finit toujours par mettre ses adversaires dans une position intenable quand leurs renforts se rangent du côté de la déesse. Récemment, elle a été la cible de nombreuses attaques de la part de Malar et de ses fidèles, les adeptes du Sang noir ayant profané plusieurs de ses bassins sacrés.

Histoire et relation

Eldath est une déesse discrète et énigmatique, à laquelle l’histoire, de Faerûn fait rarement allusion. Comme Mailikki, Eldath sert Silvanus. Elle le considère un peu comme son père mais a parfois peur de lui. Elle est très proche de Mailikki. Au cours du Temps des Troubles, cette dernière l’a appelée “Datha” et l’on a vu les deux déesses s’étreindre comme deux sœurs qui ne se seraient pas vues depuis longtemps. La Déesse des Flots Chantants entretient également des liens étroits avec Chauntéa, Séluné et Lathandre, car tous ont des intérêts communs. Bien qu’elle s’oppose à tout ce que représente Tempus, elle ne voit pas en lui un ennemi personnel. Lui-même la croit naïve, mais il respecte ses convictions et l’ignore généralement.

Culte et clergé

Le culte d’Eldath est restreint et dispersé, la plupart des prêtres voyageant pour prêcher la bonne parole ou s’installant dans un endroit reculé, où ils instruisent ensuite ceux qui recherchent la paix intérieure. Dans un monde où les puissances maléfiques et leurs serviteurs (orques, gobelins, nations en guerre et autres) sont si nombreux, il n’est pas surprenant que la philosophie pacifiste de la déesse intéresse si peu de gens. Et pourtant, elle n’est pas dénuée d’intérêt, comme le prouvent les légendes qui évoquent le cas de Telva, héros de guerre elfe, qui a abandonne les armes pour rejoindre la cause d’Eldarh. Les ondontis, orques pacifistes, sont alliés avec la Déesse des Eaux Chantantes.

Tous les pacifistes et les amoureux de la nature honorent la Déesse Verte. Beaucoup sont des végétariens et des herboristes qui n’ont aucune envie de tuer qui que ce soit, mais les rangs des Eldathi comptent également quelques prêtres-aventuriers que l’on dépêche auprès des autres clergés et des fidèles urbains (qu’ils ont souvent pour mission de guider jusqu’aux temples, perdus en pleine nature), quand ils ne font pas office de messagers entre les prêtres d’Eldath. Même si le dogme enseigne qu’il faut normalement parcourir le monde et prier dans un minimum de neuf bosquets dédiés à la déesse, la plupart des fidèles se contentent d’un seul, à proximité duquel ils s’installent à vie.

La hiérarchie est extrêmement simple : une douzaine de prêtres, qui peuvent chacun avoir un rotai de 14 prêtres aspirants sous leurs ordres, obéissent à un prêtre supérieur, qui dépend pour sa part du grand prêtre responsable de la région (cette dernière, importante, étant au moins de la taille d’un royaume). Les Eldathi de haut rang, d’âge avancé ou ayant accompli des exploits au service de la déesse reçoivent le titre d’Exalté, tandis que les Arpenteurs s’intercalent entre les prêtres et les prêtres supérieurs dans la hiérarchie du clergé. Ce sont les Exaltés qui ont la charge des temples, lesquels consistent généralement en des lieux de culte à ciel ouvert que l’on nomme refuges. Ils reçoivent alors le titre de Gardiens du Refuge.

Les Eldathi passent généralement le plus clair de leur temps à s’occuper de lieux d’une grande beauté, ce afin de s’assurer qu’ils survivent et continuent de se développer malgré les déprédations humaines (et celles des autres races). Ils replantent des arbres sur les sites des incendies, nettoient les régions où la végétation est malade, dégagent le lit des ruisseaux pour augmenter leur débit ou, au contraire, construisent des barrages pour créer de petits plans d’eau synonymes de vie. Ils passent souvent des accords avec les bûcherons pour qu’ils limitent leurs coupes d’arbres à certaines zones et en épargnent d’autres.
Eldath déteste les bûcherons qui coupent les arbres au hasard et pour le plaisir, les individus qui se serveur du feu comme d’une arme, mais aussi les inconscients qui, au même titre que les meuniers cupides, souillent les ruisseaux et plans d’eau. Ses fidèles doivent lutter contre ces gens, en utilisant les moyens qui paraissent le plus à même de produire un résultat satisfaisant à long terme. Ils évitent autant que faire se peut les confrontations directes, car ils savent d’expérience que cela se retourne en général contre l’Église. Mais ils sont passés maîtres dans l’art d’œuvrer en secret.
Les Eldathi doivent également observer et noter la faune et la flore de leur région, afin de voir s’il y a des changements au fil des ans. Ils doivent faire des rapports réguliers à leur supérieur direct, de manière à ce que les plus hauts représentants du clergé puissent se réunir avec leurs homologues des cultes de Silvanus et de Mailikki pour déterminer quelles sont les causes des tendances écologiques à long terme.

Depuis peu, le clergé d’Eldath s’est énormément rapproché de celui de Mailikki, dont le culte connaît une seconde jeunesse. Les Eldathi accueillent les Traqueurs d’Ombre de Mailikki lorsque ces derniers ne peuvent recevoir l’aide de leur Église. Les fidèles d’Eldath sont également très liés avec les Ménestrels, organisation qui œuvre pour le bien de Faerûn et lutte contre les grandes puissances, qui toutes ont tendance à mettre la nature en danger.

Quelques gens de paix ont constitué un groupe connu sous le nom des Arbitres de la Silencieuse. Ils se rendent sur tous les lieux de conflit et tentent de jouer le rôle de médiateurs lorsque des désaccords de longue date ont dégénéré en actes de violence. Ils écoutent les arguments des deux camps et tentent de trouver un compromis sans faire trop de cas des questions d’ordre moral pour ne pas bloquer le processus. Ils font tout leur possible pour régler le problème une bonne fois pour toutes, afin que l’on n’assiste pas à une nouvelle flambée de violence quelques années, voire quelques mois plus tard.
L’ordre monastique d’Eldath a pris le nom de Disciples de la Voie du Renoncement (on les nomme aussi parfois Frères et Sœurs de la Main Ouverte). Ces moines défendent les sites sacrés dans lesquels résident les gens de paix et arpentent la campagne pour que les bosquets et refuges reculés ne soient pas totalement coupés du reste du monde. Ils ne provoquent jamais personne mais peuvent se montrer extrêmement dangereux lorsqu’on les force à se défendre ou a protéger le site sacré dont ils ont la charge.

Les prêtres et les druides d’Eldath prient pour obtenir leurs sorts à un moment de la journée choisi après une intense réflexion personnelle. Le seul jour sacré de l’Église est le Verdoyant, rassemblement célébré à Herbeverte. Il est précédé du Prime flot, une fête organisée à divers moments de la fin de l’hiver, lorsque la neige Tond et que les cours d’eau grossissent. Le Chant de sûreté est donné durant l’inauguration de nouveaux temples et chapelles à ciel ouvert consacrés à la déesse. L’eau est alors bénie et bénéficie d’une magie de guérison pendant quelques jours. De nombreux prêtres et druides se multiclassent en rôdeurs.

Vêtements sacerdotaux

Les Eldathi portent des robes vertes et bleues, décorées de gemmes de couleurs aquatiques (bleues, vertes, transparentes et opalescentes) formant des motifs marins. Les prêtres revêtent parfois plusieurs robes transparentes les unes par-dessus les autres, chacune étant d’un ton de bleu ou de vert légèrement différent des autres. Les ourlets de ces habits sont travaillés avec soin pour avoir l’air d’ondulations d’eau ou de vagues déchaînées. Le symbole sacré est le même que celui d’Eldath ; le disque bleu ciel est en bois peint et l’on utilise des feuilles de fougère naturelles lorsque c’est possible.

Vêtements de tous les jours. Les Eldathi partant à l’aventure préfèrent les habits pratiques, même si certains d’entre eux conservent le bleu et le vert comme couleurs dominantes et déchirent leurs ourlets pour simuler les mouvements de l’eau. Bien souvent, ils pottent une robe verte relevée de taches vert sombre, une ceinture grise et une cape marron. Gens de paix, ils ne portent jamais la moindre armure et leur costume de tous les jours est le même que celui qu’ils revêtent pour les grandes occasions : une robe opaque sur laquelle ils en rajoutent beaucoup d’autres, très fines et transparentes, dans divers tons verts et bleus. Ils ont, sans le vouloir, donné naissance à des légendes concernant d’étranges créatures forestières en se faisant apercevoir dans les bois.

Dogme

La paix ne peut venir que de l’intérieur, et nul ne saurait l’enseigner ou l’imposer. Cherchez la quiétude et la paix. Plantez des arbres et veillez sur eux, où qu’ils se trouvent. Nourrissez et aidez votre prochain, ne le punissez pas. N’usez de violence que pour vous défendre. Ne tuez aucun être vivant de la foret, sauf si cela est absolument nécessaire. Jurez de ne pas prendre de vie consciente, sauf si les circonstances l’exigent. Partagez avec votre prochain tout ce qui pousse ou vient d’un cours d’eau afin que chacun connaisse Eldath et chante ses louanges.

Plan de résidence : Foyer de la Nature
Domaines : Bien, Charité, Eau, Famille, Flore, Protection
Armes de prédilection : Filet

Eldath

Turmish - Les Rêves de la mi-été Evrat